« Jamais on n’avait vu un tel engagement » : le confinement provoque un élan de solidarité

Il est pile 18 heures lorsqu’une mosaïque de visages inconnus surgit sur l’écran de l’ordinateur. Sur l’application de visioconférence Zoom, on entrevoit des bouts de canapé, un cadre de lit, des bibliothèques. Marie est chez ses parents à Volvic (Puy-de-Dôme), Justine dans le 10arrondissement de Paris, d’autres sont à Rennes, Nantes, Marseille… « Merci d’être là ! », s’exclame Lauren Miller, 27 ans, animatrice de cette réunion de 50 futurs bénévoles organisée par l’association Makesense.

Nos vies confinées en direct :vous vivez le confinement à l’étranger, racontez-nous

« En attendant que tout le monde se connecte, qui veut partager une recette de cuisine ? », tente Lauren. Passé les pommes au four, Virginie, l’une des participantes, active son micro : « Pour moi, être dans l’action, c’est un moteur pour supporter le confinement. Mais je ne me voyais pas me lancer seule. » La majorité du bataillon a entre 20 et 40 ans, beaucoup n’ont jamais été bénévoles avant le confinement. Makesense s’adresse particulièrement à eux, et se présente comme une rampe de lancement vers l’engagement, version start-up. « Si vous êtes ici, c’est que vous voulez aider. Même à votre échelle, même si vous n’aidez qu’une seule personne, vous pouvez avoir un impact », débite Lauren.

Ici, tout est balisé : les bénévoles intègrent un « programme » de cinq jours, à base de mails de formation quotidiens et d’actions à réaliser, d’échanges sur des boucles WhatsApp en « team » de quinze, sous la houlette d’un ou d’une « super-mobilisatrice ». Goli Moussavi, directrice de La Cloche, une association d’aide aux SDF partenaire du programme de Makesense, se lance dans un mini-exposé sur les difficultés de sans-abri en temps de confinement. Cette semaine, l’objectif de l’une des « promos » sera de constituer des kits de produits d’hygiène pour ces personnes, en sollicitant notamment des pharmacies pour des dons en nature – ceux-ci seront ensuite distribués par des associations spécialisées dans l’aide aux SDF.

Article réservé à nos abonnés Lire aussiCoronavirus : la tension devient forte dans certains centres d’hébergement d’urgence à cause du confinement
« Une nouvelle catégorie d’actifs qui nous rejoignent »
Des réunions de lancement de ce type, Makesense en organise tous les lundis depuis le 23 mars. Avec un effet boule de neige. Ils étaient 45 bénévoles la première semaine. Lundi 13 avril, le programme comptait 450 nouveaux participants, répartis en groupes : l’aide aux soignants, aux SDF, aux personnes âgées… Un emballement qui témoigne de ce que bon nombre d’observateurs constatent : depuis un mois, le confinement a suscité un puissant élan de solidarité, notamment chez des personnes qui ne s’étaient jamais engagées.

Il vous reste 77.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/17/jamais-on-n-avait-vu-un-tel-engagement-le-confinement-provoque-un-elan-de-solidarite_6036862_3224.html

17 mai 2020 16 h 01 min